Juventus.fr

  • Les titres des journaux italiens du 24 février 2018

    Tutto Sport

    Aspirants marchands de casse

    Caldara et Spinazzola: demain adversaires avec Atalanta, à partir de juillet renforts pour la Juve

    Avec Rugani, ils formeront la défense de l’avenir, mais doivent d’abord pousser les piliers d’aujourd’hui 

    Pendant ce temps, Pjanic lance Dybala: « Paulo, je vous laisse les coups francs »

     

    Corriere Dello Sport

    Pourquoi ils vont gagner …

    Napoli

    ‘Sarri va le faire, toute l’équipe s’est améliorée. Zielinski est l’homme supplémentaire et Milik revient ‘

    Juventus

    « Allegri va répéter son succès. Il a plus de qualité, un super Dybala et joue en tête-à-tête à domicile.

     

    Gazzetta Dello Sport

  • Serie A  26 Journée les arbitres
    Les arbitres de la Serie A pour la   26 Journée  sont annoncés alors que Paolo Mazzoleni prendra en charge l’affrontement de dimanche soir entre Rome et Milan.

    Les deux équipes entrent dans le match à l’Olimpico après les engagements européens, tandis que Mazzoleni a récemment déclaré qu’il soutenait VAR.

    Ailleurs, Piero Giacomelli dirigera Cagliari-Napoli lundi, Maurizio Mariani officiera  Juventus-Atalanta dimanche et Pierluigi Pairetto  Inter-Benevento samedi soir.

    Les Les arbitres:

    Bologna-Genoa: Giua

    Inter-Benevento: Pairetto

    Crotone-SPAL: Orsato

    Fiorentina-Chievo: Abisso

    Sassuolo-Lazio: Manganiello

    Sampdoria-Udinese: Damato

    Verona-Torino: Massa

    Juventus-Atalanta: Mariani

    Roma-Milan: Mazzoleni

    Cagliari-Napoli: Giacomelli

  • Les titres des journaux italiens du 23 février 2018

    Tutto Sport

    Effet Dybala sur  Juve-Napoli

    Paulo revient à temps plein, prêt à changer l’équilibre du duel Scudetto

    Allegri options pour lui faire place

    La nostalgie de Pogba pour Turin …

     

    Corriere Dello Sport

    Juve, Darmian est sur le chemin

    Nouveau achat de Bianconeri est le défenseur de Manchester United, ils sont d’accord sur tout

     

    Gazzetta Dello Sport

  • Pogba cherche la sortie de United?
    Moins de deux ans après avoir quitté la Juventus dans un contrat de record du monde, Paul Pogba est lié à un déplacement de Manchester United.

    Selon The Mirror, un représentant anonyme de Pogba a contacté plusieurs clubs européens au sujet de la disponibilité du milieu de terrain.

    Il vient au milieu des discussions que sa relation avec le patron de United, Jose Mourinho, devient tendue.

    Pogba a marqué 12 buts et a aidé 16 de ses 82 apparitions pour les Red Devils depuis son retour de 110 M € de la Juve en août 2016.

    Cependant, des rapports ont émergé des désaccords entre le Français et le manager Jose Mourinho sur sa meilleure position.

    Pogba a également débuté avec un nul 0-0 de United contre Séville en Ligue des Champions 16, mercredi, en tant que remplaçant.

  • Les titres des journaux italiens du 22 février 2018

    Tutto Sport

    Pjanic et Dybala: «Napoli, nous nous exaltons»

    « Les dernières victoires à l’extérieur avec Fiorentina et Toro nous poussent vers le Scudetto »

    De Sciglio KO

     

    Corriere Dello Sport

     

    Gazzetta Dello Sport

  • La Juventus ou l’évolution d’une marque
    Avec la sortie récente de sa série Netflix, la Juventus a fait un pas de plus dans son évolution en tant que marque. Ce projet, le club le mène depuis la construction du nouveau stade, en 2011, et continue encore aujourd’hui d’atteindre plusieurs horizons, en parallèle de sa réussite sportive qui lui facilite grandement la tâche.

    Au moins un trophée par an, des recettes chaque année en hausse et un statut de marque qui va toujours plus au-delà du sportif. Telle est la Juventus moderne. Plus précisément, c’est avec l’inauguration du stade en 2011 que les dirigeants ont entamé un plan de reconquête de l’Italie et du reste du monde. Sportivement, les victoires au niveau national n’ont pas pris beaucoup de temps pour arriver. Quant au niveau européen, les Bianconeri peuvent se vanter d’être allés deux fois en finale de Ligue des champions en trois ans, même si la coupe aux grandes oreilles leur est à chaque fois passée sous le nez. À part pour l’exercice actuel lors duquel ils doivent batailler avec le Napoli pour la première place, les Turinois n’ont, les années précédentes, pas vraiment eu de concurrence. C’est ce qui a facilité le plan d’évolution au niveau économique mené en parallèle. 

    Vendredi est sortie la série Netflix dédiée à la Vecchia Signora : Club de légende : Juventus. C’est un nouveau coup de comm’, mais qui n’a, cette fois, pas été prévu par le staff, puisque c’est une équipe du site de streaming qui a proposé ce projet. Évidemment, en pleine expansion de son image, la Juventus a accepté et se réjouit grandement de cette opportunité. « La valeur que nous voyons est celle d’être exposés sur une plateforme de plus de 110 millions d’abonnés partout dans le monde » , expliquait à euronews.com Federico Palomba, co-chief revenue officer de la Juventus et responsable marketing et digital. Un des principaux objectifs de cette extraordinaire opportunité est de grandir au niveau international et d’atteindre de nouveaux passionnés de la Juventus. » Agrandir son réseau de supporters afin de vendre toujours plus de produits dérivés. Même si la volonté d’ouvrir les portes à des initiés pour leur faire partager l’amour du club, la joie de suivre ce calcio, fait sans aucun doute partie des objectifs des dirigeants, la Juventus s’impose de plus en plus comme une marque pour atteindre des consommateurs.

    La Vecchia Signora, c’est plus fort que toi !

    L’évolution du club en tant que marque s’est faite en plusieurs étapes. D’abord la construction du Juventus Stadium, en 2011, renommé Allianz Stadium en juillet dernier ; le changement d’équipementier, de Nike à Adidas, officialisé en 2013, passant d’environ 15 millions d’euros à 30 millions de revenus de sponsoring par an ; l’association avec IMG en 2016 ; et la création du nouvel écusson en 2017. L’association avec IMG rejoint d’ailleurs parfaitement la volonté d’expansion autour du monde, puisqu’il s’agit d’un groupe de management, entre autres dans le domaine du sport, qui a permis à la Juventus de s’exporter en Asie, en Australie et en Nouvelle-Zélande. Il y a quelques mois, le club a même annoncé que de nombreux nouveaux produits dérivés bianconeri seraient spécialement commercialisés pour le Japon, la Chine et l’Australie. Cela va de la ligne de vêtements aux cartes à jouer, en passant par tout un tas de gadgets imprimés du fameux « J » .

    Car, oui, ce nouvel écusson qu’on pourrait même qualifier de logo, vu son design moderne et bien éloigné des standards classiques du football, est un facteur majeur dans le développement du club au niveau économique. Sa simplicité visuelle passe beaucoup mieux sur les nombreux supports que la Juventus exploite et est on ne peut plus raccord avec sa stratégie. Aujourd’hui, cette seule lettre se retrouve jusque dans Spotify, où il est possible d’écouter les playlists de Marchisio et Dybala, les sons qui passent au stade, mais aussi les sets des DJ’s Giorgio Moroder et Jax Jones, qui sont passés mettre l’ambiance à l’Allianz Stadium. Les exemples sont nombreux pour montrer à quel point la Juventus s’investit dans de multiples domaines. S’il en fallait un dernier, le club a lancé il y a quelques mois son application VR permettant à tout possesseur d’un casque de réalité virtuelle de visiter le stade, le centre d’entraînement, mais aussi le centre médical.

    Une recette maison

    L’Inter et l’AC Milan sont aux mains des Chinois, l’AS Roma a un propriétaire américain, mais la Juventus reste 100% italienne. Pour beaucoup, notamment en France, la question de l’origine de la propriété du club n’a pas grande importance, mais la question est plus délicate pour les Italiens qui tiennent fortement à garder des dirigeants de la Botte. Si ça passe mieux pour l’Inter, vu son identité internationale, des supporters de l’AC Milan n’ont pu s’empêcher de se détourner définitivement, non sans rancœur, de l’institution. Comme si la vente de Berlusconi mettait fin à une identité historique déjà en voie de disparition au cours des dernières années. Là où les Nerazzurriont engagé des professionnels du marketing venant de prestigieuses entreprises américaines comme Apple, les Bianconeri, eux, ont continué avec le même staff qu’il y a presque vingt ans, à quelques exceptions près. Le tout avec une rigueur et le respect de la répartition des tâches qui font partie intégrante de l’identité de la Vecchia signora. 

    Le seul petit nouveau de l’équipe marketing est Silvio Vigato, débarqué en 2014, venant de domaines divers, mais toujours à un poste en cellule marketing, et actuellement co-chief revenue officer, s’occupant notamment de tout ce qui est image de marque. Si la Juventus en est là aujourd’hui, niveau visibilité dans le monde entier, c’est surtout grâce à lui et ses idées qui vont bien au-delà du Piémont : « Nous avons organisé un événement à Brooklyn avec « Boiler Room », une sorte de MTV underground, avec cinq DJ’s portant le nouveau maillot avec le nouveau logo, déclarait-il à Tuttosport l’été passé. Ils nous ont dit que nous étions cool, que nous étions branchés, et nous avons compris que nous les avions accrochés. Bien qu’ils ne connaissaient pas la Juventus et n’étaient pas des fans… » Justement, maintenant, tout ce qui touche au club est affublé d’un « J » en guise de préfixe : la « J-Academy » pour le centre de formation, la « J-Medical » pour le centre médical, et même un « J-Village » encore en construction avec un « J-Hotel » et une école internationale, mais qui vient d’inaugurer son quartier général. La Juventus a beau ne pas avoir que des sympathisants, il est indéniable que sa gestion, aussi bien sportive qu’économique, demeure un modèle sur lequel les autres clubs italiens devraient prendre exemple. Les Bianconeri sont encore loin des revenus qu’enregistrent les mastodontes du foot européen que sont le Real, Barcelone et Manchester United, mais, comme on dit de l’autre côté des Alpes : « Chi va piano, va sano e va lontano. » 

    Source:sofoot

  • Les titres des journaux italiens du 21 février 2018

    Tutto Sport

    Juve

    Fièvre Florenzi 

    Le  romain est dans le doute pour le match de ce soir avec le Shakhtar

    Nouveaux rapports d’intérêt de Marotta, avec la vieille garde de Bianconeri poussant pour convaincre leur coéquipier de l’Italie

    Mais attention à Conte …

     

    Corriere Dello Sport

    La Juve dans le futur, voici Han en juillet

    Ils peuvent conclure l’affaire pour 18 M €, le dernier mot est avec Cagliari

     

    Gazzetta Dello Sport

    La Juve est à la maison sur l’allemand de Liverpool. Et si Gigio part, les Rossoneri …

    Pendant ce temps, Milic est en route pour Napoli

  • Á la Juventus, Marchisio n’est plus invulnérable
    Le statut de remplaçant du milieu commence à faire du bruit. Son avenir est incertain et les parties décideront à la fin de la saison.

    Le derby de Turin est un match particulier pour la Juventus et pour Claudio Marchisio qui sait mieux que quiconque l’importance de cette rencontre. Malgré cela, le milieu de terrain a dû s’assoir sur le banc pour cette rencontre. Une situation qui a fait couler beaucoup d’encre. Car même s’il a été titulaire face à la Fiorentina, il n’a pas débuté contre Tottenham et le Torino, malgré l’absence de Blaise Matuidi, à l’infirmerie.

    Ces décisions successives de Massimiliano Allegri laissent transparaître que l’Italien n’est plus indispensable. Mais elles sèment aussi le doute quant à l’avenir du joueur à la Juve. Jusqu’à présent, un départ avait toujours été refusé par la Vieille Dame, notamment l’été dernier lorsque le Milan a tenté de l’arracher au champion d’Italie en titre.

    Ces dernières semaines, les rumeurs sont également allées bon train sur l’envie de Beppe Marotta de recruter Emre Can, le milieu défensif de Liverpool. Un désaveu supplémentaire pour l’enfant du pays qui peine à revenir à son meilleur niveau depuis sa rupture des ligaments croisés du genou contractée en avril 2016. Lorenzo Pellegrino (AS Roma), Bryan Cristante (Atalanta) seraient également suivis.

    Un scénario qui pourrait pousser Claudio Marchisio, 32 ans, à évaluer sérieusement l’éventualité d’un départ. Sa femme est d’ailleurs montée au créneau après son statut de remplaçant face au Torino : « Passée la limite du respect mutuel, la tolérance se transforme », peut-on lire sur son compte Instagram. La fin est peut-être proche pour celui qui évolue à la Juve depuis 2006. MLS est évoquée comme possible option pour la suite de sa carrière.

    Source:Goal

  • Les conditions de Higuain et Bernardeschi
    Gonzalo Higuain a subi une entorse et une ecchymose à la cheville gauche lors du derby contre Turin. Federico Bernardeschi a été touché au genou gauche. Pour les deux joueurs, d’autres tests sont prévus dans les prochains jours.
  • Les titres des journaux italiens du 20 février 2018

    Tutto Sport

    Tentation Florenzi 

    La Juve du futur

    Le contrat du Romanista expirera dans 16 mois: Bianconeri  prêt à aller de l’avant en juin pour donner un nouvel élan au projet «italien»

    Nous révélons les développements possibles dans la situation de Marchisio

     

    Corriere Dello Sport

    Dybala est réchauffé

    Allegri retrouve son talent

    Higuain aux fans: je serai bientôt de retour

     

    Gazzetta Dello Sport

Eurosport